Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dgiraudet-penser.over-blog.com

Blog de réflexion , pensée, poésie, philosophie

Pensées de Milan Kundera

Publié le 18 Août 2013 par Dominique Giraudet

Tereza caresse la tête de Karénine qui repose paisiblement

sur ses genoux. Elle se tient à peu près ce raisonnement :

Il n'y a aucun mérite à bien se conduire avec ses semblables.

Tereza est forcée d’être correcte avec les autres villageois,

sinon elle ne pourrait pas y vivre ,et même avec Tomas elle

est obligée de se conduire en femme aimante car elle a besoin

de Tomas . On ne pourra jamais déterminer avec certitude

dans quelle mesure nos relations avec autrui sont le résultat

de nos sentiments ,de notre amour ou non-amour , de notre

bienveillance ou haine, et dans quelle mesure elles sont

d'avance conditionnées par les rapports de force entre

individus .

La vraie bonté de l'homme ne peut se manifester en toute

pureté et en toute liberté qu' à l'égard de ceux qui ne représentent

aucune force. Le véritable test moral de l'humanité (le plus radical,

qui se situe à un niveau si profond qu'il échappe à notre regard),

ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux .

Et c'est ici que s'est produite la faillite fondamentale de l'homme,

si fondamentale que toutes les autres en découlent .

MILAN KUNDERA
L ' insoutenable légèreté de
l' être,
sept
ième partie, Le Sourire de Karénine,
dans Œuvre
I, La Pléiade, p. 1374.

Pensées de Milan Kundera
Commenter cet article