Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Dgiraudet-penser.over-blog.com

Blog de réflexion , pensée, poésie, philosophie

Gilles Marchal, le 21 septembre et la barbarie constitutionnelle

Publié le 21 Septembre 2013 par Jeno l'écolo dans Gilles Marchal

Cet article est reposté depuis Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste.

Gilles Marchal, le 21 septembre  et la barbarie constitutionnelle

Il y a un an, le vendredi 21 septembre 2012, je quittais l'école de Bunus pour me rendre à celle d'Ainhice Mongelos. Il était environ 12 h20. C'était une journée superbe, lumineuse, chaude, mais c'était également le jour où le Conseil constitutionnel devait rendre son verdict (hélas largement prévisible, vu la composition du dit Conseil) qui déciderait de savoir si la corrida était ou non constitutionnelle dans l'Hexagone.

 

Le téléphone portable que j'avais depuis quelques mois et que je n'ai plus, a sonné. J'ai entendu la voix de Gilles" Voilà, ça y est! La barbarie est constitutionnelle en France. Je suis dégoûté!".

 

Et le soir, je recevais ce courriel:

"Tu sais, je suis déçu par cette victoire sans pudeur des corrideurs. Il te faut du courage. Moi, j'aurais baissé les bras.

La chasse commence demain, je vais voir ces sales bâtards monter la rue et tirer des faisans d'élevage. Des tueurs de poules.

J'ai appris qu'une harde de cerfs allait être liquidée. Ma campagne est bientôt vide".

Gilles, t'inquiète. Rien n'est simple, hélas. Mais nous ne baissons pas la garde.

Et moi, j'ai bien noté ton message. Il est gravé dans chacune de mes cellules.

 

Lire la suite

Occupation de l’Hôtel-Dieu à Paris de : MARTINE LOZANO mardi 10 septembre 2013 - 12h52

Publié le 13 Septembre 2013 par Dominique Giraudet

Occupation de l’Hôtel-Dieu à Paris

Le comité de soutien à l’Hôtel-Dieu a décidé l’occupation d’une partie des locaux de l’Hôtel-Dieu ; Il a affirmé ses revendications qui sont : l’ arrêt des restructurations et l’ application des engagements pris par la ministre le 10 juillet dernier (moratoire sur la fermeture). la réintégration dans ses responsabilités médicales du Dr Gérald Kierzek. ouverture de négociations

La direction de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) avait annoncé la fermeture des urgences de l’Hôtel-Dieu pour le 4 novembre prochain. Rappelons que LE BUT était DE CREER UN HOPITAL SANS LITS !

L’AP-HP souhaite transformer l’Hôtel-Dieu de Paris en hôpital sans urgences et sans lit, avec un centre de consultations en tarifs opposables et aussi de l’espace qui sera libéré .Un hôpital pour "gens debout "l’AP-HP aurait annoncé sa transformation en « un hôpital debout", un hôpital de santé publique où l’on ne dormira pas, l’hôpital du XXIe siècle ». on pourrait ironiser ; un hôpital pour des gens en parfaite santé... car Un hôpital sans lit est un hôpital mort. "cette annonce s’inscrit dans le cadre du plan d’économies de l’APHP qui prévoit 150 millions d’euros de coupes supplémentaires en 2013." l’austérité tue.

La Ministre de la santé, face aux mobilisation de personnel et des usagers et de la grande manifestation pour la santé du 15 juin 2013 mais aussi un enfumage avant les élections municipales , avait annoncé début juillet le report de la fermeture des urgences de l’Hôtel Dieu et de tous les projets de restructurations de l’Hôtel Dieu. Cependant Le 2 Août 2013, en catimini la direction locale tente à 7 heures du matin de vider une unité du service de médecine interne utile à l’aval des urgences soit 16 lits. Le comité de soutien composé de personnels, de militants, d’ usagers et d’ élus bloque le transfert. .

Occupation de l’Hôtel-Dieu à Paris

Il y a urgence à sauver l’Hôtel-Dieu. L’Hôtel Dieu est donc occupée Une salle de l’Hôtel-Dieu est occupée afin de protester contre la fermeture des Urgences. « Car La direction et le gouvernement jouent un double jeu en donnant comme consignes aux pompiers et au Samu de rediriger les patients vers d’autres Urgences parisiennes déjà « surchargées, alors que la ministre de la Santé a annoncé en juillet qu’elle reportait la fermeture des Urgences de quelques mois, en clair après les élections municipales. » « Ce qui se passe à l’Hôtel-Dieu est révélateur de la politique de l’AP-HP dans tous les hôpitaux : diminution du personnel et du nombre de lits, fusion et fermeture d’hôpitaux. » Si les fermetures ont un impact sur les conditions de travail des personnels ! LE PERSONNEL EST EN SOUFFRANCE ! Un rapport récent met en exergue un certain nombre de facteurs conduisant à de la souffrance chez le personnel hospitalier . Il s’agirait de l’Individualisation, de la perte des collectifs de travail, de l’ intensification du travail. Ces facteurs s’observent de plus en plus dans les hôpitaux. Si on interroge le personnel hospitalier, ces employés se déclarent " vidés ", La souffrance du personnel se répercute sur l’organisation du travail et le fonctionnement de l’hôpital par de l’absentéisme et turn-over ainsi que des accidents du travail et de la dégradation du climat social ; des infirmières expliquent que les conditions de travail « se sont dégradées et on voit des drames chez le personnel comme chez les patients », « Le soin a de plus en plus un objectif économique » « La santé est une marchandise " La charge de travail ayant été augmenté, le travail s’effectue comme un robot et le côté humain disparait. Le stress est particulièrement présent chez les soignantes, pour des raisons de surcharge de fatigue. "Les propos de la mairie de Paris ou d’élus comme Jean-Marie Le Guen sont décevants et écoeurants." car On ne veut pas entendre les alertes des professionnels de la médecine d’urgence ! alors que les urgences sont à saturation : "soit 4 heures d’attente avant de voir un médecin urgentiste, 8 à 10 heures en cas d’affluence, 1 heure avant que les pompiers ne puissent déposer un patient, des équipes médicales et paramédicales épuisées, des démissions en série " ! De plus, chaque année, des milliers de patients qui s’adressent à l’hôpital public sont transférés dans le privé faute de place.

Les urgences : on y est tous " passé » ! avec la fermeture de L’hôtel Dieu , on attendra plus longtemps et les autres services ne peuvent pas absorber le flux de l ’hôtel Dieu , cela a déjà été dit et redit notamment par Patrick Pelloux : des heures d’attente plus longues , un manque de lits en aval dans les services !!! Patrick Pelloux ajoute les décideurs ne sont pas sur le terrain ! « s’ils ferments les urgences de hôtel Dieu, on va engorger l’hôpital saint Louis, Et Lariboisière, Et Cochin. »

Alors on lâche rien, on continue la lutte contre la casse des services publics Rappel : lors de la Manifestation nationale à Paris le 15 juin 2013 pour la santé avec les slogans : Des salariés plus nombreux, mieux formés, mieux payés = plus de rentrées de cotisations !

Pour un financement de la protection sociale et de la sécurité sociale, Pour un grand service public de santé et d’action sociale... Pour la santé, l’action sociale et la Protection sociale Lors de la manifestation du 15 juin 2013 sur la santé on a refusé la fermeture de l’ hôtel DIEU et la population présente à la manifestation a crié sa colère et refuser cette fermeture !

"La santé ne se vend pas, elle se défend" "Il n’y aura pas de changement sans luttes, luttons jusqu’au changement !"

Car Il y a le feu dans la santé et l’action sociale : aucun secteur du public et du privé non lucratif Comme par exemple la maternité des Lilas n’ échappe aux plans d’économies préjudiciables ,aux usagers et aux professionnels de la santé et de la protection sociale

Martine Lozano militante associative

Lien :http://bellaciao.org/fr/spip.php?article136969

Occupation de l’Hôtel-Dieu à Paris de : MARTINE LOZANO mardi 10 septembre 2013 - 12h52
Lire la suite

CRS SS OU CRS PS?

Publié le 10 Septembre 2013 par Jeno l'écolo dans Corrida: assez! Korrida : aski!

Cet article est reposté depuis Le blog de Jeno l'écolo Jenofanimalhumaniste.

Dax, le 9 septembre 2013.

"Mon exécration des courses de taureaux s’est étendue petit à petit jusqu’à ceux qui les fréquentent. L’idée que des hommes peuvent prendre de l’amusement, les uns à tâcher de rendre féroces des animaux qui ne l’étaient pas, les autres à voir agoniser des chevaux éventrés, recousus puis éventrés une deuxième fois, me fait envelopper les seconds du même dégoût que m’inspirent les premiers. Je me suis même brouillé avec pas mal d’amis coupables d’avoir assisté en curieux à l’infamie des corridas, tant est profond l’abîme que creuse entre eux et moi leur honteuse curiosité.
Il est communément admis que le côté « Art » des corridas en sauve le côté monstrueux.
Je connais l’argument : il avait déjà cours au temps du roi Salomon, alors que le sacrificateur précipitait dans la gueule embrasée de Moloch des enfants hurlant d’épouvante. La vérité est qu’on parle d’art plus facilement qu’on n’en fait, et qu’il est plus facile d’en faire avec le martyr des bêtes qu’avec les sept notes de la gamme, les sept couleurs de l’arc-en-ciel, les vingt-cinq lettres de l’alphabet ou le contenu d’un baquet de glaise."

Georges Courteline.

Lire la suite